Statistiques

Quelles sont nos chances de mourir de vieillesse ?

Si nous arrivons à survivre à notre naissance, sans malformation, ni maladie orpheline, ni tare génétique, nous commençons relativement bien dans ce début de vie. Ajoutons à cela des parents suffisamment conscients de notre mortalité qui nous évitent de subir le tabagisme passif ou une obésité morbide. Disons aussi que nous avons réussi à nous protéger des accidents domestiques et autres accidents de la vie. L’enfance est ainsi un premier pallier de passé.

Nous arrivons alors à l’âge de l’autonomie. Pas d’accident de la route, pas de problème avec l’alcool ou la drogue. Les accouchements se passent parfaitement. A priori, nous sommes partis pour vivre pendant encore une soixantaine d’années.

A priori…Rien ne peut réellement nous protéger de la pollution atmosphérique, des cancers engendrés. Notre espérance de vie augmente et diminue sans cesse selon les choix de vie, la problématique génétique et les progrès scientifiques. Pilule ou pas pilule ? Vaccin ou pas vaccin ? Y a-t-il un facteur héréditaire dans la famille : un cancer? à quel âge ? Une maladie cardio-vasculaire ? Du diabète ?

Notre vie est-elle décidée par une quelconque entité ? Dépendons-nous d’un fil de destinée ?

La seule évidence est que nous allons mourir. Chaque jour de vie écoulée nous rapproche de ce temps où notre pile sera naturellement usée, où notre cœur lâchera. Est-il préférable de mourir de vieillesse, quand le corps ne nous obéit plus, quand notre cerveau s’affaiblit, nous fait défaut ? La vie éternelle associée à la jeunesse est une utopie. Les statistiques ne nous permettent pas de deviner le jour et l’heure de notre mort.

La seule conclusion logique est qu’il faut profiter de chaque seconde, de chaque interaction, de chaque événement, triste ou heureux, car le temps passe et ne peut se rattraper.

Laisser un commentaire

Evanelunaecrivaine |
Nostralectio |
BIBLIOTHÈQUE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureetecriture
| Pouny11
| Le secret de plume