Je la connais

Je savais qu’elle existait, j’en avais déjà entendu parlé. Elle s’était occupée d’une maman, d’un grand-père, d’un couple de parents, d’un enfant. Plus je grandis, plus je la rencontre. Je l’ai vu près de mon beau-père, de mon beau-frère, d’un filleul, de ma mère, de mon père, d’amis, de la famille, de collègues. Elle est partout, prête, aux aguets. Elle n’est pas effrayante, elle n’est pas attirante. Elle est et je la connais de plus en plus. Elle est et j’apprends à accepter sa présence. Elle est, presque au quotidien. Elle est et je continue à avancer. Elle est et lorsqu’elle me parlera, je voudrais rire avec elle, en douceur, heureuse. Je la connais, cette âme faucheuse, la fin d’une vie, la mort.

Laisser un commentaire

Evanelunaecrivaine |
Nostralectio |
Lettres aux scienteux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureetecriture
| Pouny11
| Le secret de plume