Deuil et acceptation

Je suis issue d’un arbre millénaire. Je me souviens de ceux qui m’ont précédés. Je me souviens d’où je viens. Mes racines, enfouies dans la terre, éternelles, cachées, protégées. Chacun de ces êtres qui m’ont précédés ont abreuvés les racines, nourris de leur corps ce qui a fait grandir l’arbre, pousser les branches, donner des fruits. J’étais un fruit, je suis devenue branche, bientôt racine. Je me ressource, m’abreuve de cette sagesse chlorophyllée, m’emplie de sève, de savoir, de vie.

Je fais partie de cette généalogie qui remonte aux origines de l’Homme. J’ai pris la suite de mes parents, qui s’étaient eux-mêmes déjà inscrits dans une branche vive, sensible, forte. Mes enfants, encore feuilles, trouvent déjà leur place dans cette continuité familiale.

La mort nourrit l’arbre de vie, le deuil fait pousser les branches, fleurir les fleurs, naître les fruits.

Je serai une branche morte, ainsi que mon mari, mes enfants. Je serai la terre nourricière, la protectrice, deviendrai racine.

Laisser un commentaire

Evanelunaecrivaine |
Nostralectio |
Lettres aux scienteux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureetecriture
| Pouny11
| Le secret de plume