Et maintenant ?

Elle a vécu sans vivre, sur son rythme à lui, infirmière à temps plein. Elle s’est pliée à tous ses caprices, lui a massé les pieds, à changer ses draps. Elle a tenté de se reposer, le jour, la nuit, un quart d’heure, quelques secondes. Elle l’a aidé à chaque instant, a calmé ses angoisses, a dosé la morphine. Elle a subi ses crises, ses délires, ses demandes, ses peurs, son envie de mourir. Elle a été forte pour lui, parce qu’il continuait à désirer, à vouloir, à se projeter, à vivre.

Forte pour lui, pour eux.

Sur son temps à lui, à eux.

Sur sa vie à lui, à eux.

Elle n’était plus, angoissée, dans l’attente, aux aguets. A l’écoute, présente, accompagnante.

Elle s’est préparée sans savoir, a cru à sa mort annoncée par les médecins, s’est désespérée lorsque ceux-ci impuissants ne donnaient pas la dose létale.

Douleur de l’homme mourant, douleur de la famille subissant, survivante.

Elle est une survivante. Elle peut dormir à nouveau. Remplie d’une douleur impossible, inimaginable. Devant un temps qu’elle ne sait plus remplir, un temps dont elle doit réapprendre le rythme, son rythme, quel rythme ? Et maintenant, comment faire, comment être, comment avancer, qui est-elle ?

Laisser un commentaire

Evanelunaecrivaine |
Nostralectio |
Lettres aux scienteux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureetecriture
| Pouny11
| Le secret de plume