Empathie

Je ne peux pas, je ne peux plus, j’ai besoin d’aide. Toutes ces pensées, ces émotions qui ne sont pas les miennes. Je ne sais pas pourquoi, mais je possède un pouvoir. Envahie, toujours, m’éloigner encore, m’enfermer à jamais. Ne plus écouter, ne plus ressentir.

Je commence à maîtriser. Je comprends ce qui ne m’appartient pas, j’arrive à aider enfin. J’utilise les mots qui seront entendus, je donne les bons conseils.

J’y arrive enfin, je peux échanger les émotions ! Et si je pouvais faire ressentir à un être raciste ce que cela fait d’être de l’autre côté, et si je pouvais faire comprendre à un prédateur ce que cela fait d’être une victime ?

Horreur, j’ai échoué. Le raciste s’est senti supérieur de pouvoir écraser un autre être. Le prédateur a eu une érection encore plus intense en comprenant l’emprise, le pouvoir qu’il possédait.

A quoi me sert le pouvoir de l’empathie ? Je n’arrive pas à changer le fond de l’être. Je ne peux pas briser la distance entre les êtres. Je ne peux modifier l’éducation, les codes sociaux, l’absurdité de l’Homme. Je peux juste comprendre l’Autre dans sa globalité, son ineptie, sa petitesse…et l’écouter parler de lui.

Et si mon pouvoir me permettait de me transformer en effet miroir ? Refléter ce qu’est réellement l’autre, lui faire comprendre qui il est…Encore une fois, mon pouvoir ne pourrait modifier l’existant. Le narcissisme reprendrait le dessus, le sentiment de supériorité, d’être celui qui a raison.

Laisser un commentaire

Evanelunaecrivaine |
Nostralectio |
Lettres aux scienteux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureetecriture
| Pouny11
| Le secret de plume