Le complexe amygdalien

Nous savons que le complexe amygdalien est étroitement lié à l’hippocampe. Les réactions émotionnelles sont enregistrées dans ce lieu de mémoire, au niveau du lobe temporal. Le lobe frontal ajustera la réaction en se référant à l’hippocampe. Ainsi naîtront les réactions de stress, les pleurs, les rires, les angoisses.

Si, à sa naissance, un individu a subi un traumatisme au niveau de l’amygdale, quelles seront les conséquences pour lui ? Sans connaissance innée de l’émotion, celui-ci va apprendre à réagir. Chaque émotion sera reliée à un événement ou suite d’événements qui lui permettront de communiquer au mieux, de présenter une réponse adaptée.

A force d’observation et d’imitation des réponses générées, engendrées, il sera capable de communiquer dans un contexte social. Il lui faudra cependant parfois relier plusieurs informations entre elles avant de comprendre le sens global de l’événement, rôle du cortex frontal. L’émotion sera alors d’autant plus réelle, ressentie, qu’elle aura fait sens dans toute sa cruauté, sa vérité, elle émergera comme une compréhension de l’instant, là où un individu aura réagi au fur et à mesure face à la situation.

Le handicap sous-jacent à cette lésion est l’impossibilité de créer une réaction face à une situation inédite. En l’absence de repère contextuel, aucune imitation à laquelle se référer, l’individu restera sans réaction, dans l’attente d’un point d’ancrage auquel se rattacher.

 

Laisser un commentaire

Evanelunaecrivaine |
Nostralectio |
Lettres aux scienteux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureetecriture
| Pouny11
| Le secret de plume